Les propositions d'Attac

Publié le

Les propositions d’Attac - Attac France
La crise grecque représente à la fois une forme de faillite de la zone euro, et illustre la soumission des États aux marchés financiers. Il aurait été possible de prendre de véritables mesures pour mettre en place une solidarité européenne, et s’attaquer aux causes de la crise grecque : la spéculation, l’interdiction de financer la dette par la création monétaire, le dumping fiscal…

Alors, quelles solutions pour un changement radical de cap ?

Les mesures qui s’imposent semblent pourtant évidentes. Ainsi que l’a souvent exprimé Attac, c’est la dérégulation des marchés financiers, entreprise depuis les années 1980 qui est responsable de la crise en laissant le champ libre à des pratiques spéculatives éhontées, au dumping fiscal et social, à la financiarisation de l’économie…

Il faut court-circuiter les marchés financiers, qui sont le cœur du problème. Dans un premier temps, mettre en place une régulation forte, voire une interdiction des produits dérivés type CDS. Une taxe sur les transactions financières qui décourage les attaques spéculatives. Enfin, et d’une manière générale, reréguler la bourse, revenir sur les politiques de libéralisation des marchés financiers enclenchées dans les années 1980.

Au niveau du secteur bancaire, il faut rétablir un contrôle public. Les dettes publiques doivent, en dernier ressort, être soutenues par la BCE, comme c’est le cas aux États-Unis avec la Fed. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut interdire l’existence de groupes bancaires obèses dont la faillite entraînerait dans sa chute l’ensemble du système bancaire (too big to fail). Il faut par ailleurs séparer les activités d’épargne et d’investissement.

Les réformes financières, mêmes radicales, sont insuffisantes, car la crise actuelle est systémique. Il faut créer, par les politiques publiques européennes communes (fiscales, budgétaires), les conditions d’un changement de cap de la construction européenne. En commençant par s’attaquer aux inégalités et au modèle économique productiviste qui ruine la planète.

C’est une reconstruction de l’Union européenne qui est nécessaire.

Commenter cet article