Besancenot : "Une journée de mobilisation ne suffira pas"

Publié le

Besancenot :

Besancenot : "Une journée de mobilisation ne suffira pas"



Pour Olivier Besancenot, présent dans la manifestation parisienne aux côtés des militants du Nouveau Parti anticapitaliste, la bataille de la gauche et des syndicats contre les projets du gouvernement ne fait que commencer.

Cette journée de mobilisation contre la réforme des retraites arrive-t-elle trop tard ?

C'est le début d'un bras de fer avec le gouvernement, une nouvelle étape dans la mobilisation. Il faudra se retrouver tous ensemble, dans la rue avec les syndicats, et par ailleurs dans un large front politique et social. C'est ce qu'ont commencé à faire la Fondation Copernic et Attac. Je serai moi-même présent à Marseille à un meeting de soutien.

Pensez-vous que les syndicats peuvent faire reculer le gouvernement  ?

Il est clair qu'une journée de mobilisation ne suffira pas. Il faut trouver les chemins des convergences et des luttes. C'est ce qu'on avait réussi à faire pendant le CPE (contrat première embauche : type de contrat de travail à durée indéterminée à destination des moins de 26 ans, qu'avait voulu mettre en place le gouvernement Villepin en 2006). Maintenant, il faut un déclic pour que la mobilisation prenne de l'ampleur. La vraie-fausse annonce du gouvernement sur la fin de la retraite à 60 ans a remobilisé les gens. Aujourd'hui, il y a deux possibilités : soit Sarkozy passe en force et, comme l'a fait Maragert Thatcher en Grande-Bretagne, casse le mouvement social pendant des années ; soit il se prend un retour de bomerang grâce à une large mobilisation populaire. La partie reste ouverte.

Que pensez-vous du contre-projet de réforme formulé par le Parti socialiste ?

Le Parti socialiste a enfin tranché, il est pour la défense de la retraite à 60 ans. Tant mieux. Nous ne sommes pas d'accord sur les solutions à apporter : nous sommes pour revenir aux 37,5 années de cotisation. Mais il n'y a pas de raison de ne pas être ensemble dans la bataille contre le projet du gouvernement. Il faut le front le plus large possible et, pour cela, le PS doit participer aux mobilisations unitaires. Ils ont participé à un meeting avant de rendre public leur projet, ils doivent aller plus loin.

Propos recueillis par Nabil Wakim
... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr
 


Commenter cet article