MANPOWER : Une cinquantaine de grévistes bloquée aux étages par des vigiles

Publié le

BELLACIAO - MANPOWER : Une cinquantaine de grévistes bloquée aux étages par des vigiles - USI CGT
de USI CGT

MANPOWER viole le droit de grève !

En fin d’après-midi, la cinquantaine de salariés grévistes qui occupe le siège de MANPOWER France depuis ce matin, a vu débarquer une dizaine de vigiles d’une société de sécurité privée, envoyés par la Direction.

Dans son acharnement contre le droit de grève, la direction a donné consigne de bloquer les grévistes, à chaque étage, de leur interdire tout déplacement, y compris aux représentants du personnel, et de les empêcher de recevoir de l’eau et de la nourriture de l’extérieur.

Par cette opération musclée, MANPOWER fait la démonstration d’un mépris total des lois républicaines et, en toute impunité, pratique la méthode des milices patronales nord-américaines.

Au-delà des tentatives de licenciements, des pressions en tout genre et du management par la terreur, MANPOWER s’est marqué un objectif : démolir le Code du travail, liquider les acquis sociaux et enterrer le droit de grève.

MANPOWER s’acharne depuis des mois sur les personnels et les militants syndicaux qui n’acceptent pas de courber l’échine et qui ont décidé de ne pas succomber à la peur qui tétanise trop de salariés dans l’entreprise.

Françoise GRI, présidente de MANPOWER, si soucieuse devant les médias, du « bien-être de ses collaborateurs », n’hésite pas à s’attaquer à l’activité syndicale et empêcher les salariés de s’organiser collectivement.

L’objectif de la Direction d’éradiquer le droit de grève et le droit syndical de l’entreprise, n’est plus à démontrer. La chasse aux syndicalistes ne fait que commencer.

L’Union Syndicale de l’Intérim CGT dénonce ces atteintes graves qui se développent contre le droit d’expression et rappelle qu’elle reste fermement engagée dans tous les combats décidés par les salariés pour défendre les libertés, les droits et faire aboutir les revendications.

Commenter cet article