Jacquattali Attendait (Que « L’Économie De Marché » Libère La Tunisie)

Publié le

Jacquattali attendait - non sans fièvre, suppose-t-on - que la démocratie l’emporte enfin sur Ben Ali.

Par l’effet, probablement, d’une sobre pudeur (où se vérifie son penchant fameux pour la discrétion) : Jacquattali n’avait cependant qu’assez peu dit publiquement, jusqu’à présent, cette (longue) attente.

Lundi 30 mars 2009, par exemple : Jacquattali, « ponctuel, à 15 heures précises », donnait dans un « hôtel au centre de Tunis » où l’écoutèrent « nombre de personnalités tunisiennes » (dont peut-être, qui sait, quelques proches du régime d’alors), une conférence où chacun(e) put savourer « une analyse claire et une argumentation soutenue, comme il sait bien le faire » - mais dans laquelle, et pour autant qu’on le sache, il n’avait guère mentionné son attente qu’enfin la démocratie vainque.

Mais à présent, et maintenant que Ben Ali s’en est allé (vers l’Arabie Saoudite, comme font souvent les remparts-contre-l’islamisme) - puis sans doute aussi parce qu’il est plus facile d’énoncer de telles confessions après qu’a chu le régime bénalien, qu’avant sa chute et devant un public plein de « personnalités tunisiennes » ?

Jacquattali, non sans courage, fait dans L’Express l’aveu qu’il attendait impatiemment « la révolution du Jasmin » - comme d’ailleurs un peu tout le monde, puisqu’aussi bien, relève-t-il : « Rien n’était plus attendu que » cette révolution.

Puis Jacquattali ajoute que c’est « l’économie de marché » qui a permis qu’en Tunisie la démocratie l’emporte.

(Convenez donc, mâme Dupont, que vous l’aviez pas vu comme ça ? logo_petit_gauche

Convenez que si j’avais pas illuminé votre lanterne, vous restiez dans la gourance, pour ce qui serait de la secret story de la « révolution du Jasmin » ?)

Car en effet : « On est conscient, depuis l’analyse de l’histoire anglaise par Karl Marx » - dont Jacquattali est au monde l’un des plus affûtés connoisseurs - « que le marché crée les conditions de l’émergence de la démocratie ».

Adoncques, c’est nettement promu - puis confirmé par Karl Marx himself (dont Jacquattali suggère qu’il fut au fond le zélé chanteur des vertus capitalistes) : « La Tunisie, passée à l’économie de marché, ne pouvait que devenir une démocratie ».

Parce qu’enfin : si la conversion à l’économie de marché n’était pas synonyme de renforcement démocratique, on le saurait, depuis le temps, pas vrai ?

(Mâme Dupont ?)

Commenter cet article