Article publié depuis Overblog

Publié le

Le XXIe siècle sera démocratique et social et pas financier ni religieux ! Ghannouchi s’en va, MAM aussi…Mais c’est Sarkozy qui doit partir !

De toutes les nouvelles qui se succèdent, les révolutions démocratiques et sociales dans tous les pays de la grande région arabe ou du nième remaniement du gouvernement Sarkozy en perdition, il y en a une que je préfère : c’est l’annonce d’un « jour de colère » en Arabie saoudite le 11 mars prochain.

Car si, dans une des pires dictatures du monde, du fond du désert, la jeunesse de Ryad et de Djedda s’y met, c’est que la puissance du séisme est vraiment profonde et l’on n’a vu que les premières coulées de lave !

La population est si jeune que l’âge médian des 25 millions d’habitants est de 21, 4 ans, 70 % de la population a moins de 24 ans.
Le roi Abdallah a annoncé à cette jeunesse, le 23 février des cadeaux à hauteur de 36 milliards de dollars pour le logement, l’emploi, la protection sociale, ou les bourses d’études… Il a vu le danger énorme, et cherche ainsi, avec les milliards de rials que la famille régnante a détournés et accumulés depuis des décennies, à soudoyer la force sociale qui potentiellement veut le renverser. Mais les réponses sur face book et twitter sont radicalement révolutionnaires :
« Ces offres sont superbes si elles étaient venues avant 2011, mais maintenant nos demandes sont plus exigeantes. ».
« Le peuple ne veut pas des bonbons mais de véritables réformes : la dignité, l’égalité, la transparence, la liberté d’expression ».
« Pour un Etat de droit et d’égalité »…
« Nos revendications n’ont pas de prix en Riyals, en dollars ou en euros »
« Nous réclamons la fin des privilèges et l’application de la même loi à tous sans exception ! » affirme un jeune avocat visant ainsi directement la famille royale.
« Nous voulons une Arabie Saoudite civilisée, démocratique, multiconfessionnelle et en paix. Une Arabie Saoudite sans voleurs ».
« Démanteler les monopoles et garantir les droits, la liberté de parole et de choix » est le slogan central !
Ce sont des cris explosifs dans le pays le plus bigot au monde où la charia domine, et où aucune manifestation ou culte d’une autre religion n’est accepté et où ceux qui expriment une opinion différente sont déclarés apostats et passibles de la peine de mort, où l’on décapite au sabre et l’on crucifie encore. Boire, fumer, regarder la télévision, conduire pour les femmes, se montrer enlacé, tout cela est prohibé. L’Arabie saoudite est une monarchie islamique de type absolue où l’esclavage n’a été formellement aboli qu’en 1968 et où une majorité d’immigrés, un tiers de la population, est restée sans droits, ni droit à constituer des partis ni des syndicats, ni des associations, sans code du travail, sans code civil, sans droits pour les femmes, les homosexuels, etc…

Une sinistre dictature obscurantiste que François Fillon vient d’aller saluer en même temps que les meilleurs alliés que Sarkozy a « donnés à la France », les riches tortionnaires talibans d’Abu Dhabi.

La théorie des dominos joue à plein : l’acronyme anglais « MAJESTY »  Maroc, Algérie, Jordanie, Egypte, Syrie, Tunisie, Yémen, ne contient plus assez de lettres.

Oman qui l’eut cru, la police du sultanat a tiré des balles en caoutchouc sur des manifestants lors d’un rassemblement dans la ville de Sohar, faisant deux morts. Par la suite, un journaliste de Reuters a fait état d’un commissariat de police et d’un édifice public en flammes dans cette agglomération côtière située à 250 km au nord-ouest de la capitale, Mascate. L’armée a été déployée dans ville cité industrielle pour rétablir la sécurité dans le secteur, selon ces témoins. Il s’agit de la deuxième journée de manifestations à Sohar….

Des dizaines de milliers de Barheinis ont défilé encore à Manama réclamant la chute du régime de la dynastie sunnite des Al-Khalifa, et le groupe chiite du parlement a démissionné. Si cela a bougé si fort, même  au Barhein, 685 000 habitants, où règne un apartheid social et religieux, comme dans les autres Emirats arabes unis (EAU), réjouissons-nous car cela va bouger au cœur du cœur des dictatures arabes, dans le premier pays producteur de pétrole du monde, l’Arabie saoudite.

Que tous ces bigots dangereux se voient confrontés à une vague d’exigences démocratiques et sociales et menacés d’être chassés, que leurs avoirs soient saisis et redistribués à leurs peuples exploités, tout cela est une excellente nouvelle pour le monde entier, pour le destin de toute l’humanité.

Le XXI° siècle sera démocratique et social et pas financier et religieux !

Les « dominos » vont atteindre la finance pourrie et corrompue qui règne dans le monde, les banksters qui n’en finissent plus de nous piller en Europe.

Même dans le Wisconsin, à Madison, ou un élu républicain des « tea parties » a traité des fonctionnaires grévistes défendant leurs droits « d’espèces d’égyptiens », ces derniers ont occupé la place centrale par dizaines de milliers, la baptisant « place Tahrir ».(Cf. Daily motion)

L’exemple de la chasse aux « 40 voleurs » dans tous les pays arabes va assurément menacer un jour le CAC 40 des pillards de milliards de notre sécurité sociale, de nos retraites, de nos salaires ! Il n’y a pas que le roi Abdallah qui va devoir lâcher des « bonbons » et lorsque les voleurs du Fouquet’s seront amenés à le faire, dans notre pays aussi des millions de salariés diront :

« Ces offres sont superbes si elles étaient venues plus tôt, mais maintenant nos demandes sont plus exigeantes».

« Le peuple ne veut pas des « bonbons » mais de véritables réformes :  la dignité, l’égalité, la transparence, la liberté d’expression, un Etat de droit  et d’égalité »…

Dans ce contexte Sarkozy, empêtré, croit bon de dire à sa ministre Alliot-Marie :  « – Dégages ! ».

Mais la politique étrangère c’est SA politique. C’est lui qui est allé dire aux riches talibans tortionnaires, racistes, sexistes, intégristes, totalitaires d’Abu Dhabi : « - Vous êtes nos amis et toute attaque contre vous sera une attaque contre la France », il leur a vendu la Sorbonne, puis le Louvre, par l’intermédiaire de Marc Ladreyt Delacharriére, son ami financier du premier cercle, l’homme qui dirige Ficht ratings, l’agence de pseudo « notation » dont Sarkozy se sert comme d’un père fouettard pour exiger que nous renoncions à nos retraites, à notre Sécu, nos salaires, nos services publics et que nous cédions aux banksters.
C’est Sarkozy qui n’a rien vu venir dans la région arabe. C’est lui qui augmenté le contingent de guerre en Afghanistan et qui est cause de la mort de 54 soldats français et qui dépense en vain 500 millions pour une sale guerre perdue d’avance. C’est Sarkozy qui fait la guerre aux talibans pauvres mais envoie Fillon à Abu Dhabi, soutenir les talibans riches. C’est Fillon qui a pris l’avion de Moubarak comme Alliot-Marie a pris celui des amis de Ben Ali. C’est Sarkozy qui fait nommer Boillon, une de ses barbouzes préférées expérimentée en Irak, ambassadeur à Tunis. C’est Sarkozy qui promouvait Moubarak, l’homme qui pillait 70 milliards de dollars à son peuple, comme président de son « Union méditerranéenne ». C’est Sarkozy qui embrassait Ben Ali et soutenait ses policiers, jusqu’à leur envoyer armes et munitions. Pareillement avec Khadafi.

C’est Sarkozy et Fillon qui doivent dégager…

Mais non, il se retourne contre sa ministre, qui, dans le petit monde de ceux qui ont l’habitude d’aller à Tunis ou Marrakech, trouvait normal de mêler ses propres affaires, sa propre famille, ses propres vacances et la « diplomatie » du pays, tout cela sans trouble, sans y voir malice, comme Woerth, hier, avec Mme Bettencourt, comme Balladur avec les rétro-commissions pakistanaises. Sarkozy se croit encore aussi inattaquable que Ben Ali ou le roi Abdallah…

Et le jour où MAM s’en va, Ghannouchi s’en va aussi.

Excellente coïncidence, car ça signifie que la révolution démocratique va de l’avant en Tunisie et que c’est un signe pour tous les pays : ça ne s’arrêtera pas en mettant à la place, au pouvoir, des substituts, des placebo, des copies des dictateurs sortants, les peuples veulent vraiment la démocratie jusqu’au bout et la démocratie cela s’oppose aux 40 voleurs… Les tunisiens réclament des élections vraiment libres et démocratiques, une information libre et non pipotée, pas des faux semblants. Ils veulent chasser les hommes de la dictature, mais pas seulement, ils ne veulent plus du régime ! Ils réclament une Assemblée constituante, comme lors de la révolution Française. Il y a et il y aura toujours des révolutions dans le monde, tôt ou tard les tyrans, les voleurs, les imposteurs tombent et tomberont, au moins ça fait du bien à voir, à entendre, à Tunis, au Caire, à Aden, à Tripoli, à Ryad depuis… Paris !

Rendez-nous nos retraites à 60 ans et à taux plein ! Augmentez nos salaires !

Nous aussi, il est temps, il nous faut une VI° République, il nous faut une place Tahrir, et pas de FMI à la place de Sarkozy… Ni en Grèce, ni en Irlande. On a failli en 2010, avec 10 manifestations auxquelles 8 millions de personnes ont participé, et l’on avait 75 % de l’opinion contre la loi de pillage de nos retraites… On a été, entre le 12 et le 20 octobre, à un cheveu de la grève générale dans tout le pays, à un cheveu ! Le forcené de l’Elysée qui n’avait pas de mandat pour piller nos retraites, au forcing,  nous a imposé une loi scélérate ouvrant une plaie qui n’est pas refermée…

Le même forcené hypocrite essaie encore de se justifier au son de la Marseillaise, d’avoir soutenu ces dictatures comme « rempart » vis-à-vis des islamistes. Il prétend aider les peuples arabes à être « libres » alors que toute sa politique, tous ses efforts, toutes ses alliances, tous ses amis de la finance ont pesé de toutes leurs forces pour soutenir Moubarak, Ben Ali, Kadhafi, Abdallah, ou le cheikh Khalifa ibn Zayid al-Nahyan…

Gérard Filoche, dimanche 26 février, 20 h 15

Commenter cet article