Article publié depuis Overblog

Publié le

Comité NPA Paris-Centre 1,2,3,4                             courriel : npapariscentre@orange.fr

Fonction Publique

 

Salaires des fonctionnaires : poursuite du blocage

Une nouvelle provocation Sarkozyste !

 

Mardi 19.avril, les ministres Baroin (Budget) et Tron (Fonction Publique) ont donc rencontré les fédérations syndicales de fonctionnaires pour leur annoncer que le point d'indice (donc les salaires) serait bloqué à nouveau en 2012. Parallèlement, ils ont évidemment confirmé que la RGPP continuera, ce qui signifie que les vagues de suppressions de postes annoncées auront lieu, que la politique de non-remplacement dun fonctionnaire sur deux partant à la retraite se poursuivra, avec les conséquences que lon sait sur nos conditions de travail.

Pourtant, tout augmente : l’électricité, le gaz (5,2% début avril), l’essence... Comble de cynisme : cette annonce avait lieu alors qu'une (ridicule) revalorisation du SMIC est annoncée en conséquence de la hausse actuelle des prix !

Une fois de plus les travailleurs des trois Fonctions Publiques vont voir leur pouvoir d'achat baisser. Tout ceci dans un contexte où leur pouvoir d'achat a déjà perdu 10% depuis 2000 ! Quand on pense que Sarkozy ose aller faire de la démagogie « sociale », après avoir prétendu que son gouvernement était celui du « gagner plus » !

Leur objectif : démanteler, détruire les services publics

Ce blocage des traitements est d'autant plus insupportable qu'au même moment, côté recettes, une réforme fiscale est annoncée par Sarkozy et Fillon. Comme on le devine, c'est une nouvelle salve de cadeaux aux plus riches que prévoit cette réforme. Pour l'UMP et le MEDEF, c'est aux travailleurs et à eux seuls de payer la crise capitaliste !

Au-delà, c'est une véritable guerre contre les acquis sociaux qui est orchestrée depuis l'Élysée et le MEDEF. Comment croire que dans de telles conditions, les fonctionnaires puissent remplir correctement leur mission ?

En fait toute cette politique est sciemment mise en œuvre pour aboutir à la privatisation des services publics essentiels. Quel parent, par exemple, acceptera de scolariser ses enfants dans des établissements dont les enseignants sont traités ainsi ? Toute cette offensive est un puissant encouragement à recourir au privé, dans l'Enseignement, la Santé et tous les services essentiels.

Soutenir les fonctionnaires, c'est aussi défendre l'accès à des services publics de qualité, égalitaires et gratuits.

Pour les fonctionnaires : préparer l'affrontement

Une fois de plus, on ne peut que le constater. Aucun acquis social et populaire ne sera à l'abri tant que n'aura été infligée une défaite décisive à ce « gouvernement des riches ».

Pourtant, le 19 avril, les dirigeants syndicaux se sont tous rendu en procession chez Baroin et Tron pour réclamer un « dialogue social » avec ce gouvernement – celui de Sarkozy et Guéant ! Évidemment, aucun de ces dirigeants n'a repris à son compte les revendications des fonctionnaires :

Assez de  blocage du point dindice ! – augmentation du point d'indice !

Pas de traitement inférieur à 1500

Augmentation immédiate de 300 € pour tous

Rattrapage du pouvoir d'achat perdu depuis 2007

Contre l'inflation et la vie chère :

 Échelle mobile des salaires et des prix pour tous, public comme privé !

 

Il est vrai que les mêmes dirigeants ont récemment encore signé un protocole d'accord (soi-disant) sur la précarité, en fait pour avancer vers le démantèlement du Statut de fonctionnaire, en introduisant à outrance les CDI en lieu et place du recrutement de fonctionnaire sur Statut.  Face à une telle bonne volonté syndicale, Tron et Baroin ont considéré qu'ils pouvaient poursuivre leur offensive sans risque.

Tout le problème est là : on ne peut faire reculer un tel gouvernement en se prosternant face à lui. Gagner contre ce gouvernement ne peut donc être séparé de l'action pour réaliser l'unité des organisations syndicales sur une ligne de refus de la collaboration avec Sarkozy et ses ministres. L'action à la base, dans les établissements, ne peut être séparée des initiatives à prendre pour disposer de syndicats qui défendent nos revendications, à commencer par celles énoncées ci-dessus.

C'est indispensable pour envisager une perspective d'action à la mesure de l'enjeu. Pour notre part, nous considérons que l'heure est  de mettre en débat l'organisation d'une puissante

Manifestation nationale des fonctionnaires à Paris,

à l'appel de toutes les fédérations syndicales de fonctionnaires, unies pour exiger

  • le maintien du pouvoir d'achat, l'arrêt du blocage des salaires, l’augmentation du point d’indice,

·       la préservation et le respect  du Statut de la Fonction publique

·       La fin de la RGPP, ce qui signifie l'arrêt des suppressions de postes, le rétablissement des postes supprimés, le remplacement des départs en retraite dans toutes les filières, tous les corps !

 

Paris, le 21 avril 2011

Commenter cet article