le 5 mai à Paris : rassemblement pour le maintient de chirurgie cardiaque de l'Hôpital de Créteil

Publié le

le 5 mai à Paris : rassemblement pour le maintient de chirurgie cardiaque de l'Hôpital de Créteil



Rassemblement pour exiger le maintien du service de Chirurgie Cardiaque de l'Hopital Henri Mondor

 

Nulle défense d'un service hospitalier n'a connu une telle unanimité pour son maintien, comme celui de la chirurgie cardiaque du groupe hospitalier A.Chennevier/H.Mondor : des dizaines de milliers de pétitions des usagers, tous les élu(e)s du département du Val-de-Marne, toute sensibilité politique, les syndicats CFDT-CGT-SUD Santé, toute la Communauté médicale et universitaire, …. Que faut-il de plus comme concertation au tout puissant, directeur général de l'ARS, M. Claude Evin et à Mme Mireille Faugère, pour qu'ils daignent enfin entendre ce que « démocratie sanitaire » veut dire ?

La coordination pour la défense du service de chirurgie cardiaque du groupe hospitalier A. Chenevier / H. Mondor appelle les

Personnels, Usagers et élu(e)s à montrer leur détermination

le Jeudi 5 mai à 10h30
devant le siège de l'Assistance Publique
3, Avenue Victoria à Paris

Depuis des semaines, la Coordination, ne cesse de dénoncer avec force la machination montée de toute pièce contre Mondor, par celui qui fut son chef de service jusqu'en 2010, le Pr LOISANCE, récompensé depuis par M.EVIN d'un poste de « consultant » à la Pitié. Une situation confirmée par la reprise d'activité depuis son départ en 2010 avec 576 interventions dont 432 majeures, un potentiel prévu de 600 en 2011 et 700 en 2012.

Elle continue à dire que, contrairement aux propos de M.Evin, l'arrêt de la chirurgie cardiaque remettrait absolument en cause le maintien, sur le site, d'une importante activité de cardiologie et de cardiologie interventionnelle. Oui, pour développer la cardiologie interventionnelle du futur, il y a nécessité d'avoir un service de chirurgie cardiaque, sous peine de perte d'attractivité du site auprès des jeunes confirmés ou en formation, du risque de voir des équipes entières de jeunes cardiologues partir dans d'autres hôpitaux et ainsi ruiner tout un pan d'une cardiologie moderne dont on sait qu'elle va être essentielle pour former les étudiants en médecine qui débutent actuellement leur cursus.

La coordination a insisté sur l'effet domino de cette fermeture. Le CHU H.Mondor est le seul hôpital public de l'Est Parisien à proposer un pôle médico-chirurgical cardiaque et vasculaire (150 lits, 310 agents) rayonnant sur un bassin de santé de 1,5 million d'habitants. Alors pourquoi il faut absolument fermer un centre de l'APHP, alors que tous dépassent le seuil d'interventions par an ? Et pourquoi précisément le seul qui soit extramuros de Paris ?

Commenter cet article