Quand Buisson, conseiller de Sarkozy, défendait Le Pen

Publié le

Nous sommes le 6 mai 2011. Il y a quatre ans, Nicolas Sarkozy remportait l'élection présidentielle et la légende veut que le Président considère devoir une bonne partie de son succès à Patrick Buisson, son « hémisphère droit »…

Au moment où débute la campagne 2012 – qui en doute ici ? –, j'ai voulu revenir sur un épisode ancien de l'itinéraire intellectuel et politique de monsieur Patrick Buisson.

Je ne vous apprends sans doute pas que Patrick Buisson vient de l'extrême droite, la vraie. Il a notamment été directeur de la rédaction de Minute un an, mais il y a travaillé de 1981 à 1987, en plein essor du Front national.

C'est justement cette période qui m'intéresse.

Lorsqu'on lit les biographies de monsieur Buisson, on trouve, recensés partout, plusieurs livres co-écrits avec des figures de l'extrême droite comme Pascal Gauchon, ex-rédacteur en chef de Défense de l'Occident et ancien secrétaire général du Parti des forces nouvelles (« OAS : Histoire de la Résistance française en Algérie »). Ce livre datant de 1984 est préfacé par le fameux Pierre Sergent, l'un des dirigeants historiques de l'OAS.

L'introuvable « Album Le Pen »

Mais, surtout, la même année, monsieur Buisson a dirigé un « Album Le Pen » avec Alain Renault, ancien secrétaire national du Front national et contributeur du journal Militant.

Me souvenant d'avoir feuilleté ce livre à l'époque, je me suis mis en tête de le retrouver, tant j'avais le souvenir d'une sorte d'album de photos hagiographique, tout à la gloire d'un Jean-Marie Le Pen qui, en 1984 – faut-il le rappeler ? –, est en plein essor et aligne surtout les positions les plus extrémistes.

J'ai donc décidé de relire ce livre. Et là, mon parcours du combattant (sic) a commencé.

Dans un premier temps, j'ai simplement tenté de retrouver sa couverture sur le Web sans y parvenir : « visuel non disponible » peut-on lire sur la plupart des sites. Puis je me suis dit que j'allais essayer de l'acheter sur Internet ; sans succès. Et les quelques bouquinistes que j'ai sollicités ne l'avaient pas.

Attention. Je ne prétends pas que Patrick Buisson a organisé la « disparition » de ce livre qui n'est pas secret, ni caché, puisqu'il apparaît dans toutes ses bios.

Je constate simplement qu'il est assez rare qu'un livre soit si difficile à récupérer. Et qu'il est aussi peu courant de ne parvenir à trouver aucune illustration de sa couverture.

Dépité par ce livre « invisible » et introuvable, j'allais renoncer. Quand j'ai fini par trouver une piste, en fouillant sur un site (américain, je crois) qui recense les exemplaires des livres présents dans les salles les plus claquemurées de nos bibliothèques ! J'en ai déniché un exemplaire.

Dans cet ouvrage, quelques informations…

Une fois localisé, les difficultés n'étaient pas terminées car l'ouvrage n'était pas disponible dans les rayons publics de la bibliothèque où le site l'annonçait.

Il dormait tranquillement, dans une rangée de livres, enfouis dans un « magasin » d'ouvrages apparemment exclus au prêt aux étudiants et réservés aux enseignants. Je l'ai cependant récupéré (merci à ceux qui m'ont aidé) et après avoir relu cet album de photos du « grand homme », j'en ai tiré quelques informations et quelques images.

D'abord, sa couverture.

La couverture de "L'Album Le Pen".

Puis la page de garde où apparaissent les directeurs de l'ouvrage.

La page de garde de "L'Album Le Pen".

Enfin, l'article rédigé par Buisson. Il décrypte la fameuse « Heure de vérité » (Antenne 2) où tout a vraiment commencé pour Jean-Marie Le Pen.

Première page de l'article de Patrick Buisson sur Jean-Marie Le Pen (cliquez pour agrandir).

Deuxième page de l'article de Patrick Buisson sur Jean-Marie Le Pen (cliquez pour agrandir).

On voit bien à lire cette contribution que Patrick Buisson s'inscrit alors bien dans la tradition polémique « éditoriale » de l'extrême droite Française.

Alors pourquoi exhumer et partager ces documents datés ?

L'itinéraire politique de Patrick Buisson

Parce qu'avoir soutenu à ce point-là Jean-Marie Le Pen, pendant ces années-là, n'est nullement anodin. D'ailleurs, parmi les quelques contributeurs dirigés par monsieur Buisson dans cet album figurent de véritables figures de l'extrême droite française et de la Collaboration : Roland Gaucher, autrement connu sous le nom de Roland Goguillot (passé de l'extrême gauche à la Collaboration), ou à François Brigneau (Emmanuel Allot).

Parce qu'un tel itinéraire politique, de telles affinités laissent des traces politiques et intellectuelles.

Parce que la stratégie de Nicolas Sarkozy en 2007 a bien été de siphonner les voix du FN et que c'était la préconisation de monsieur Buisson, de l'avis de tous les témoins.

Parce que la campagne qui s'annonce pourrait bien s'orienter dans la même direction.

Parce que monsieur Buisson a toujours plaidé pour le rapprochement entre la droite et l'extrême droite.

Parce que monsieur Buisson reste très proche du président de la République.

Et puis, aussi, pour finir, parce qu'un éditeur n'aime pas que les livres finissent « invisibles » dans les arrière-salles des bibliothèques.

Illustrations : la couverture de « L'Album Le Pen » ; la page de garde de « L'Album Le Pen » ; l'article de Patrick Buisson sur Jean-Marie Le Pen.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article