Article publié depuis Overblog

Publié le

 
 
                                                                     
 
LA RENTREE DANS LES ECOLES DU VAL-DE-MARNE
NE PEUT S’EFFECTUER DANS CES CONDITIONS !

 

 
Mardi 24 mai, une nouvelle fois, 500 enseignants du département, répondant à l’appel du SNUipp-FSU, du SNUDI-FO et du SE-UNSA, se sont rassemblés devant la préfecture de Créteil avec des parents et des élus pour exiger l’annulation des fermetures de classes et de postes.
 
 
A l’issue du CDEN l’Inspecteur d’Académie a annoncé que de nouvelles mesures seront annoncées lors d’un groupe de travail du CTPD le jeudi 16 juin à 10h.
 
Pour le SNUipp-FSU, le SNUDI-FO et le SE-UNSA
la rentrée scolaire ne peut se dérouler dans ces conditions.
Toutes les demandes des écoles doivent être satisfaites !
Nous ne lâcherons pas !
 
Nous appelons les collègues à poursuivre la mobilisation : AG dans les écoles, demandes d’audience à l’IA (nous sommes disponibles pour accompagner) …
et à constituer des délégations d’écoles
lors du rassemblement du jeudi 16 juin à 10h devant l’IA à Créteil.
Nous demandons que toutes les écoles soient reçues.
Un préavis de grève est déposé pour couvrir les délégations.
 
N’oubliez pas d’adresser votre déclaration d’intention de grève avant vendredi 10 juin avant 17 heures (en raison du lundi férié)
 
 
Vœu adopté à l’unanimité par le CDEN (FSU, FO, UNSA, FCPE, représentants des élus - abstention de la PEEP)
 
Le CDEN constate que les mesures de carte scolaire annoncées par Monsieur l’Inspecteur d’Académie le 1er avril lors du CTPD, mettant en oeuvre dans les écoles du département les 16000 suppressions de postes décidées par le Ministre de l’Education Nationale, ont recueilli une opposition unanime des enseignants et de leurs organisations syndicales, des parents et des élus du Val-de-Marne.
 
Plus de 1000 enseignants, parents et élus se sont rassemblés devant l’Inspection Académique le 1er avril avec une grève massive des enseignants.
 
1000 enseignants, parents et élus du département ont à nouveau manifesté le 4 mai au Ministère de l’Education nationale.
 
Plusieurs milliers de signatures ont été recueillies sur la lettre ouverte au Ministre demandant l’annulation des mesures de carte scolaire et la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour le Val-de-Marne.
 
Il est impossible que ce qui a été dit par les enseignants, les parents et les élus de notre département ne soit pas entendu et pris en compte.
 
Pour le CDEN, il est tout à fait impossible que la rentrée dans les écoles du Val-de-Marne s’effectue dans de telles conditions
 
Aussi, le CDEN exige :
-                   l’annulation des 71 fermetures de classes qui, dans certaines écoles maternelles remettent en cause la scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les ZEP contrairement au Code de l’Education
-                   l’annulation de la suppression des 13 moyens supplémentaires ZEP, dispositif créé dans le cadre du plan de lutte contre l’illettrisme,
-                   l’annulation de la suppression des 6 postes surnuméraires, options E et G
-                   l’annulation de la suppression des deux postes de rééducateurs du RASED
-                   l’annulation de la fermeture d’une CLAD
-                   le départ en formation CAPASH d’un nombre d’enseignants au moins égal à tous les postes spécialisés vacants dans le département, contrairement à la décision de l’Inspecteur d’Académie de n’accepter aucun départ (pour 4 candidats) en option G.et seulement 2 départs, (pour 8 candidats) pour 41 postes vacants pour l’option  E.
-                   l’affectation, d’enseignants volontaires faisant-fonctions, à défaut de spécialistes, sur les postes E restés vacants,
-                   l’ouverture immédiate des ouvertures conditionnelles et des ouvertures demandées par les parents et enseignants et les organisations syndicales,
-                   l’annulation des deux fusions d’école et des 4 blocages de poste de direction anticipant la mise en œuvre de fusion d’écoles
-                   le maintien de l’ensemble des postes d’assistants d’éducation
-                   l’affectation d’AVS sur toutes les postes d’AVS vacants ou en congés maladie
 
L’avenir de la jeunesse ne peut être sacrifié sur l’autel de la réduction des déficits publics. Chaque jour qui passe montre d’ailleurs, que la réduction des déficits est une spirale sans fin, prétexte à la remise en cause des conquêtes sociales.
 
Le CDEN s’adresse immédiatement au Ministre de l’éducation nationale afin que la décision de supprimer 20 postes dans la dotation du Val de Marne soit annulée et qu’une dotation d’urgence soit octroyée sans délai à notre département afin de stopper la dégradation continue des conditions d’enseignement dans le département et d’ouvrir la voie à la réussite de tous les élèves.
 
Le CDEN demande au Ministre de l’Education nationale  la mise en œuvre immédiate d’un plan d’urgence pour le Val de Marne.
 
 

Commenter cet article