Royal chahutée par des femmes voilées

Publié le

La candidate aux primaires PS, a tenu samedi un meeting dans un quartier populaire de Montpellier, qui a été perturbé par quelques manifestants, dont des femmes voilées. Ils critiquent, entre autres, son soutien à l'association "Ni putes, ni soumises".

La chantre de l'ordre juste chahutée... Ségolène Royal, candidate aux primaires socialistes, a tenu samedi un meeting dans un quartier populaire de Montpellier, qui a été perturbé par quelques manifestants, dont des femmes voilées. Face à ses opposants, elle a rétorqué: "Je ne laisserai pas le champ libre à des intégristes".
 
Le meeting, qui avait lieu à la ¨Maison pour tous", à La Paillade, quartier populaire de Montpellier, avait bien commencé. Quelque 700 personnes scandaient "Ségolène, Ségolène" et des calicots "Ségolène 2012" étaient sortis. Mais alors qu'elle déclinait ses "nouvelles règles de la République" -"ordre social juste, ordre économique juste, ordre éducatif juste"-, un brouhaha s'est formé sur le côté de la salle. Des femmes voilées et des hommes ont voulu se rapprocher de la scène et criaient "Ségolène, casse-toi ! La Paillade n'est pas à toi", alors que le service d'ordre essayait de les intercepter. La salle a tenté, avec des "Ségolène ! Ségolène !", de couvrir les cris de la poignée de manifestants.

Mouvement Immigration Banlieue
 
La candidate à la primaire PS est intervenue pour ramener le calme. Devant les journalistes ensuite, elle a assuré ne pas vouloir "laisser le champ libre à des intégristes qui n'ont pas leur place dans la République française s'ils se comportent comme cela. La République française, c'est la liberté, la fraternité, l'égalité".   "Ce qui les embête en effet, c'est que je puisse venir dans les quartiers populaires, y être bien accueillie par les associations parce qu'ils voudraient que la République laisse à l'abandon ces quartiers et qu'ils puissent y faire la loi". "Ces gens ne feront pas la loi dans les quartiers de la République francaise", a-t-elle assuré.
 
Un bref message téléphonique émanant du MIB (Mouvement Immigration Banlieue) avait circulé avant le meeting, dont l'entourage de Mme Royal a été avertie, disant "Ségolène Royal s'est opposée à l'excision, aux femmes voilées" et dénoncant son soutien "inconditionnel à Israël" ainsi qu'au mouvement "Ni putes ni soumises". "Nous sommes là pour dénoncer la politique du PS", a expliqué un manifestant, se revendiquant d'un "mouvement des révoltés des quartiers populaires", dénonçant pêle mêle le coût pharaonique des Archives de Montpellier et le logement de Dominique Strauss-Kahn à New York.


Commenter cet article