Déclaration mouvement 15M de la Puerta del Sol (Espagne) et l’Assemblée Populaire de Syntagma (Grèce)

Publié le

1354060.jpg1354060.jpg1354060.jpg

Nous, citoyens de la Puerta del Sol et de Syntagma, manifestons notre indignations et invitons tous les indignés de toutes les places à nous rejoindre.

Des États-Unis à Bruxelles, de Grèce à la Bolivie, d’Espagne à la Tunisie, la crise du capitalisme s’approfondit. Ceux qui nous imposent des recettes pour la dépasser en sont responsables. Celles-ci consistent à transférer des ressources publiques à des institutions financières privées alors qu’ils font payer la facture aux peuples avec des plans d’ajustement qui ne font pas sortir de la crise mais nous y enfoncent davantage.

Dans l’Union européenne (UE), les attaques des marchés financiers contre les dettes publiques exercent un chantage sur les gouvernements et prennent en otage les parlements, lesquels adoptent des mesures injustes, dépourvues de toute légitimité démocratique et dans le dos de leurs peuples. Au lieu de prendre des décisions politiques fortes face aux attaques des marchés financiers, les institutions européennes s’alignent sur eux.

Depuis le début de cette crise, nous assistons à une tentative de convertir la dette privée en dette publique. Il s’agit de socialiser impunément des pertes après avoir scandaleusement privatisé les profits.

Les taux d’intérêt élevés imposés pour obtenir un financement ne sont pas dus aux doutes concernant notre solvabilité mais aux manœuvres spéculatives que réalisent pour s’enrichir les grandes entreprises financières, en connivence avec les agences de notation.

Les restrictions budgétaires sont accompagnées de restrictions des libertés démocratiques. Citons, parmi celles-ci, les mesures de contrôle et d’expulsion de la population immigrée ainsi que les limitations à la libre circulation des Européens dans l’UE. Seuls l’euro et la libre circulation des capitaux spéculatifs ont les frontières ouvertes.

Dans l’État Espagnol, nous sommes soumis à un processus d’arnaque collective. La dette publique (60 % du PIB) N’EST PAS UN PROBLEME et pourtant ils l’utilisent comme prétexte pour nous faire croire que nous sommes dans une situation grave, qui justifierait les dures attaques en cours et à venir contre nos droits et notre patrimoine. Au contraire, la dette privée (240 % du PIB) est un vrai problème, mais au lieu d’appliquer aux banques les mesures d’austérité ils leur accordent des aides et des privilèges de toute espèce aux dépens du trésor public. La plus grande « aide » est la cession, à des prix imbattables, de presque la moitié du système de nos Caisses d’Epargne, ainsi que des entreprises et activités rentables.

Pendant ce temps, contrevenant à plusieurs droits fondamentaux, l’accès à la Puerta del Sol, épicentre du mouvement du 15 mai (15M), est resté interdit.

En Grèce, ils nous ont imposé un mémorandum. Ils nous ont dit que les restrictions, l’austérité et les nouveaux impôts sont des sacrifices nécessaires pour sortir le pays de la crise et diminuer la dette. Ils nous ont menti ! Jour après jour, des nouvelles mesures sont prises, les salaires sont amputés, le chômage monte en flèche, la jeunesse émigre. La dette n’arrête pas de gonfler, parce que les nouveaux emprunts sont destinés à payer les énormes intérêts de nos créanciers. Les déficits de la Grèce et des autres pays du Sud européen deviennent les surplus des banques de l’Allemagne et des autres pays riches du Nord.

Ce ne sont pas nos salaires et nos pensions de retraite qui sont responsables du gonflement de la dette, ce sont les grands allégements fiscaux et les subventions en faveur du capital, la grande bouffe des armements et des produits pharmaceutiques. Ils nous mettent en faillite pour appliquer encore plus de mesures catastrophiques et de coupes budgétaires, afin de solder la terre et les biens publics.

Nous disons :

Qu’ils retirent leurs memorandum ! Qu’ils s’en aillent ! Nous ne voulons pas le gouvernement de la troïka (Commission européenne, FMI et banque centrale européenne).

Nationalisation des banques. Avec ses plans de sauvetage, l’État les a déjà payées bien au-dessus de leur valeur boursière pour qu’elles continuent à spéculer.

Ouverture au peuple les livres de la dette pour que nous sachions où est allé l’argent.

Redistribution radicale des richesses et changement de la politique fiscale pour faire payer les possédants : les banquiers, le capital et l’Église.

Nous voulons le contrôle populaire démocratique sur l’économie et la production.

Pour tout ca, les deux places, déclarons ensemble :

LES POLITIQUES D’AJUSTEMENT NE NOUS FERONS PAS SORTIR DE LA CRISE MAIS NOUS Y ENFONCERONT PLUS PROFONDEMENT. LES MESURES DE SAUVETAGE EN REALITE SAUVERONT LES BANQUES CREANCIERES ET VONT SE CONCRETISER EN GRAVES ATTAQUES CONTRE NOS DROITS, NOS ECONOMIES FAMILIALES ET NOTRE PATRIMOINE PUBLIC.

Nous devons nous indigner et nous révolter contre de telles attaques. C’est ce que nous faisons avec le mouvement 15M de la Puerta del Sol et l’Assemblée Populaire de Syntagma. Nous invitons tous les indignés de toutes les places à s’y joindre.

Stop aux plans d’ajustement et de sauvetage

Non au paiement de la dette illégitime.

Cette dette n’est pas la nôtre ! Nous ne devons rien, nous ne vendons rien, nous ne paierons rien !

Pour une démocratie directe et réelle maintenant.

Défense du public. Pas une vente de propriété ou de services publiques.

Pour la coordination de tous les indignés de toutes les places.

Commenter cet article