Article publié depuis Overblog

Publié le

Des « règles obligatoires de la morale »
Retour à la table des matières
L’homme qui ne veut ni retourner à Moïse, au Christ ou à Maho- met, ni se contenter d’un arlequin éclectique doit reconnaître que la morale est le produit du développement social ; qu’elle n’a rien d’invariable ; qu’elle sert les intérêts de la société ; que ces intérêts sont contradictoires ; que la morale a, plus que toute autre forme d’idéologie, un caractère de classe.
N’y a-t-il pas pourtant des règles élémentaires de morale élaborées par le développement de l’humanité tout entière et nécessaires à la vie
Leur morale et la nôtre (1938)    18
de toute collectivité ? Il y en a, certes, mais leur efficience est très ins- table et limités. Les normes « impératives pour tous » sont d’autant moins efficientes que la lutte des classes devient plus âpre. La guerre civile, forme culminante de la lutte des classes, abolit violemment tous les liens moraux entre les classes ennemies.
Placé dans des conditions « normales », l’homme « normal » ob- serve le commandement : « Tu ne tueras point ! » Mais s’il tue dans les circonstances exceptionnelles de la légitime défense, le jury l’acquitte. Si, au contraire, il tombe victime d’une agression, l’agresseur sera tué par décision de justice. La nécessité d’une justice et de la légitime défense découle de l’antagonisme des intérêts. Pour ce qui est de l’État, il se contente en temps de paix de légaliser les exécutions d’individus pour, en temps de guerre, transformer le « Tu ne tueras point » en un commandement diamétralement opposé. Les gouvernements les plus humains qui « détestent » la guerre en temps de paix font, en temps de guerre, de l’extermination d’une partie aussi grande que possible de l’humanité, le devoir de leurs armées.
Les règles « généralement reconnues » de la morale gardent le ca- ractère algébrique, c’est-à-dire indéfini, qui leur est propre. Elles ex- priment seulement le fait que l’homme, dans son comportement indi- viduel, est lié par certaines normes générales, puisqu’il appartient à la société. L’« impératif catégorique » de KANT est la plus haute généra- lisation de ces normes. Mais en dépit de la situation éminente que cet impératif occupe dans l’Olympe philosophique, il n’a rien, absolu- ment rien de catégorique, n’ayant rien de concret. C’est une forme sans contenu.
La cause du vide des formes obligatoires pour tous c’est que, dans toutes les circonstances importantes, les hommes ont un sentiment beaucoup plus immédiat et plus profond de leur appartenance à une classe sociale qu’à la « société ». Les normes de morale « obligatoires pour tous » reçoivent en réalité un contenu de classe, en d’autres ter- mes, antagonique. La norme morale est d’autant plus catégorique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article