Le Conseil Régional Ile De France réforme le temps de travail des agents des lycées : travailler plus pour … travailler plus

Publié le

Le Conseil Régional Ile De France réforme le temps de travail des agents des lycées : travailler plus pour …  travailler plus

Le 24 juin 2011 le Conseil Régional IDF a voté un texte réformant le temps de travail des gents des 471 lycées d’Ile de France qui entre en application dès cette rentrée. Pourtant les syndicats CGT, SUD, et SYNPER avaient voté contre ce texte en Comité  Technique Paritaire. Et il y avait de quoi, en effet ce texte prévoit au nom de « l’équité et la transparence » d’augmenter le temps de travail des agents pour le même salaire :

-        On introduit la distinction entre les jours de congés annuels (29 jours ouvrés) et les jours de repos RTT (26 journées possible). Car les jours de RTT ne sont pas automatiquement liés à la fermeture des établissements.

-        Les agents devraient travailler 8 heures par jour effectives pour avoir droit à 1 h de RTT (puisque le temps de travail est fixé à 7 h par jour au Conseil Régional)

-        Pour arriver à 8 heures par jour les agents perdraient l’intégration du temps de pause de midi à la journée de travail. Ce qui veut dire que leur journée serait allongée de 30 mn ou 45 mn (selon les établissements)

-        Puisqu’il s’agit de temps de travail effectif, les arrêts de travail ne donneraient pas droit à RTT. Quand les agents seraient malades, en accident du travail, maladie professionnelle, absences exceptionnelles comme la maladie ou le décès d’un proche, congés bonifiés de plus de 58 jours ils devraient récupérer 1 h par jour d’absence.

-        Les gestionnaires et chefs d’établissement seraient transformés en contremaîtres de la Région avec la charge de travail supplémentaire de surveiller au jour le jour le calcul du temps de travail des agents et réorganiser en permanence les plannings en fonction des absences.

-        Le temps de travail des agents d’accueil est augmenté

Pourquoi cette réforme  :

-        Des postes d’agents titulaires restent vacants. La région rediscute les besoins à la baisse, laissant entendre que les agents ne travaillent pas assez.

-        La précarisation augmente : la Région embauche des contractuels qui ne bénéficient d’aucune garantie de pérénisation et ne travaillent pas pendant les vacances (d’où l’utilité de l’application de l’annualisation telle que la Région veut l’appliquer)

-        Le recours aux contrats aidés (CAE devenus CUI) a été important, la suppression de ces contrats jette brutalement des salariés au chômage et une charge de travail non négligeable selon les établissements à répartir entre les agents.

Ce  texte est un recul majeur pour toute une partie des personnels travaillant pour l’Education Nationale.

En 2003, le refus de la décentralisation avait été une des revendications des personnels de l’Education en grève. Le Conseil Régional Ile de France nous démontre que nous avions raison.

Il faut construire une mobilisation de tous les personnels de l’Education Nationale pour empêcher la mise en œuvre de cette décision votée contre les intérêts des personnels et l’avis des organisations syndicales qui les représentent.

Commenter cet article