Article publié depuis Overblog

Publié le

En France, en 2011 les SDF accouchent dans la rue !

Une femme sans domicile fixe a mis au monde une petite fille dans les rues de Paris ce mercredi 2 novembre. Le décès de son bébé a été constaté malgré l’intervention des pompiers et du Samu.

Selon le collectif Les Morts de la Rue, le couple vivait depuis peu sous une tente dans le 14e arrondissement. Selon des éléments recueillis à la mairie de Paris, la mère est âgée de 38 ans, le père de 39 ans. On ignore si l’enfant était mort-né.

Cet événement dramatique met en lumière la politique insensée du gouvernement et de M. Benoist Apparu, ministre du Logement. Le logement d’urgence est dans une impasse. La démission de Xavier Emmanuelli de la présidence du Samu social est le symbole du désengagement de l’État. Le logement social peine plus que jamais à répondre à la demande toujours croissante. Le silence de l’État est assourdissant, alors que selon la fondation abbé Pierre, il y a 500.000 familles en situation d’impayé de loyers en France, que plus de 100.000 expulsions ont été demandées avant la trêve hivernale qui a commencé le 1er novembre. La situation de nombreuses familles touchées par la crise avec la multiplication des licenciements et des contrats précaires laisse augurer des heures sombres le 15 mars 2012, c’est-à-dire la fin de la trêve hivernale pour les expulsions.

Il est plus qu’urgent d’agir contre l’augmentation des loyers, la fin des expulsions sans relogement, et l’abandon de milliers de personnes contraintes à vivre dans la rue.

L’UFAL demande au gouvernement de prendre ses responsabilités :

  • En rétablissant les crédits aux associations travaillant sur le logement d’urgence.
  • En réquisitionnant les logements vides depuis plusieurs années comme le permet l’ordonnance n° 45-2394 du 11 octobre 1945, codifiée dans l’article L.641-1 du code de la construction et de l’habitation.
  • En décrétant un montant maximum de loyer au mètre carré par zone permettant à chacun de se loger à des prix abordables. Nous proposons un maximum de 20 € le m² à Paris, 16 € dans la première couronne et 12 € dans la deuxième couronne.

Commenter cet article