Plan Fillon : la facture détaillée et expliquée

Publié le

Accueil

L’Humanité a chiffré le coût des mesures d’austérité – TVA, impôts, mutuelles, etc. –  annoncées en août et en novembre pour un couple avec deux enfants et un célibataire.

Ce ne sont que « quel- ques sacrifices », plaidait, lundi, le premier ministre, François Fillon, censés nous protéger du pire. Des « efforts collectifs » imposés surtout aux ménages aisés, tente-t-on de nous faire croire. L’Humanité s’est livrée à un chiffrage de l’impact des plans d’austérité annoncés le 24 août et le 7 novembre. Dans les deux cas de figure que nous avons retenus, un célibataire gagnant 1 416 euros par mois et un couple avec deux enfants disposant de 3 500 euros de revenus, pas précisément des privilégiés, donc, la facture est salée : 325 euros de dépenses supplémentaires, sur l’année 2012, pour le premier, 446 euros pour le second. Auxquels s’ajoute, pour notre famille de deux enfants, un manque à gagner de 66 euros dû à une moindre revalorisation des allocations familiales. Le plafonnement des prestations familiales est sans doute l’une des mesures les plus symboliques : elle touche, pour des sommes non négligeables, toutes les familles, quel que soit leur revenu. De même, s’agissant de l’impôt sur le revenu, le gel du barême se soldera-t-il par un niveau d’imposition plus élevé pour l’ensemble des contribuables imposables, tandis que de nombreux foyers jusqu’alors non imposables se retrouveront soumis au paiement de l’impôt sur le revenu.

 

la TVA, une injustice

profonde

Quant à la hausse de la TVA à taux réduit de 5,5 % à 7 %, si elle ne s’applique pas à l’alimentation, l’énergie et les produits et services destinés aux handicapés, elle fera valser les étiquettes de quantité d’autres produits de consommation courante : livres, cinéma, musées, parcs à thèmes, locations de vacances, médicaments non remboursables, transports de voyageurs, repas de cantines d’entreprises, logement et nourriture dans les maisons de retraite… Et l’on sait l’injustice profonde de la TVA, qui prélève la même somme dans les poches d’un travailleur pauvre et d’une Liliane Bettencourt. On peut d’ailleurs en dire autant de la taxation des mutuelles santé qui, en trois ans, de 2008 à 2011, a explosé, passant de 2,5 % à 13 % de la cotisation acquittée par les assurés. L’an prochain, selon la Mutualité française, les contrats seront ainsi renchéris de 4,7 %. Significative, notre simulation est incomplète. Elle ne prend pas en compte, par exemple, les conséquences de la hausse de la TVA sur les travaux engagés par les offices HLM : « Cela va nous coûter un peu plus d’un million d’euros », calcule Stéphane Peu, président de Plaine Commune Habitat, en Seine-Saint-Denis. Ce qui représente un surcoût d’environ 59 euros par foyer. Et conduira inéluctablement à différer des travaux d’entretien, de réfection d’ascenseurs, de réhabilitation. Tandis que grandes fortunes et entreprises sont tout juste égratignées, la potion Fillon aura des effets sévères sur des millions de nos concitoyens en difficulté et, en bout de course, sur l’activité économique, toujours tirée par la consommation populaire.

Yves Housson

Commenter cet article